IA ORANA


Ahhhh la Polynésie…Tahiti…ça fait rêver ! Pour toutes les personnes de notre âge, c’est-à-dire entre 20 et 25 ans (quoi ??), il suffit d’évoquer Tahiti et on pense immédiatement au…Tahiti Douche ! Et oui, ça a marqué plus d’une génération ce truc là ! La belle polynésienne qui sort de l’eau avec ses longs cheveux et qui va se doucher avec le flacon de Tahiti…le fantasme de plusieurs générations de mâles !


Bon revenons à nos Motu. C’est quoi un Motu ? Un Motu c’est une petite île de sable…blanc comme la farine en général ! On en trouve tout autour de chacune des îles principales, mais allons dans l’ordre.


Papeete


Le vol pour arriver à Papeete est absolument monstrueux ! Non pas à cause des turbulences, le vol s’est déroulé de la manière la plus tranquille qu’il soit à bord d’un Boeing Dreamlimer de LATAM. Mais à cause de l’heure de départ de l’avion : 1.15 du matin ! Vous nous imaginez attendre 1h du mat avec 3 ninjas démontés par le sommeil ? La cata ! Le vol, sans accrocs comme nous disions, dure 5,5h et le décalage horaire entre Papeete et l’Île de Pâques est de 5h. Nous arrivons donc à quelle heure à Papeete ? Oui, une demi-heure après être parti : 2h du mat quoi ! Super ! On arrive à l’hôtel et c’est déjà compliqué de mettre les ninjas au lit qui ont pioncé comme des loirs pendant facile 5h. Bon on s’endort quand même mais tout le monde est debout à 5.30 du matin. A l’heure de l’écriture de cet article, on en est encore à se réveiller tous les matins à 6.00….


Sinon Papeete, très sympa comme ville. Papeete se situe donc sur la fameuse île de Tahiti et est la « capitale » de la Polynésie Française. On s’attendait une ville un peu sale et inintéressante, finalement elle s’est révélée plutôt joli et sympa pour ce qu’on en a vu. Nous n’y sommes restés qu’un seul jour, le jour suivant notre arrivée nous avons pris le ferry pour Moorea.


Nous avons tout de même eu le temps de constater qu’il y avait des travaux partout ! On a demandé si c’était le génie civil de l’Etat de Genève qui s’occupait des travaux mais apparemment non. On aurait pu le croire…

Nous avons également fêté les 9 ans de Chiara puisque nous avons débarqué à Papeete le 24 octobre. Petit anniversaire low profil, Madame souhaite avoir son « vrai » anniversaire et son vrai gâteau à Bora-Bora…la « préciosité » n’est pas prête de diminuer !



Moorea


Nous arrivons sur Moorea en ferry depuis Papeete. La première impression est majestueuse. Une île verdoyante comme s’il y avait de l’herbe sur les montagnes. Difficile à expliquer mais c’est exactement l’île de la Polynésie (ou des dessins animés) comme on l’imagine : eau turquoise dessinée au Stabilo Boss, au centre de l’île une montagne en pic recouverte de végétation et une seule route qui fait le tour de l’île. Magique.


Nous sommes en période de vacances, nous avons donc fait pas mal de plage et piscine. Nous avons tout de même loué une voiture pour une journée afin de faire le tour de l’île. Au menu : plages à couper le souffle, visites des deux baies (Cook’s bay et Opunohu Bay) incroyables qui donnent à l’île sa forme de cœur, montée au belvédère et clou de la journée : baignade avec raies et requins !



Raies et requins (pointe noire)


C’est sur la plage de l’hôtel des Tipaniers que nous avons loué une barque à moteur. A 5mn de bateau de là, se trouve un banc de sable où nagent des dizaines de raies et requins à pointe noire. Aucun de nous n’avait jamais expérimenté la baignade avec ces animaux. On pensait que cela allait être impressionnant, voir irréalisable à cause de la trouille ! Et en fait cela n’est absolument pas terrifiant. L’eau est si claire que vous voyez tout. Il n’y a donc pas de surprise. C'est pas les dents de la mer où le requin surgit de nulle part pour vous bouffez ! Non, là ils nagent paisiblement et c’est juste majestueux de les voir nager à 1 mètre de vous. Bon, faut quand même dire que papa a moins fait le malin lorsqu’il s’est retrouvé au milieu de 20 requins parce que le bateau au-dessus de lui était en train de les nourrir. Papa n’a rien eu à envier à Ian Thorpe pendant 30 secondes….

Huahine


C’est en avion que nous passons de Moorea à Huahine. Cette île n’a rien à voir avec Moorea, sauf la couleur de l’eau ! On est plutôt sur l’île de Robinson Crusoe. Très sauvage ! Elle a la même surface que Moorea mais il y a trois fois moins de gens. Beaucoup de personnes qui sont venues plusieurs fois à Huahine, parfois même 25 ans après, nous ont dit que l’île n’a pas beaucoup changé. Il n’y a pratiquement pas de grand resort. Certains ont été détruits lors de l’ouragan de 2010 et n’ont jamais été reconstruits. Nous avons logé dans une pension sur l’île sud (Huahine est séparée en deux îles : île nord et île sud) qui était éloignée de tout ! Pas de banque et on avait plus un rond, pas de supermarché et la pension ne faisait pas de restauration à midi, pas de voiture de location disponible parce que nous avons débarqué sur l’île au moment de l’Hawaiki (course de pirogue de renommée mondiale)…ça s’annonçait donc compliqué…


Heureusement, le restaurant d’un hôtel à 10 minutes en vélo acceptait les cartes de crédit. La pension (Moana Lodge) compte 4 bungalows. C’était vraiment très sympa parce que tous les soirs nous mangions à la table des hôtes avec les autres voyageurs. Les deux premiers soirs, il y avait trois autres enfants de l’âge des nôtres. Quel bonheur de les voir s’éclater ensemble. Les hôtes en ont profité pour préparer une table enfant à chaque dîner. C’était vraiment cool.



Bateau

Nous avons décidé de visiter Huahine par la mer et par la terre. Avec le bateau du lodge, nous avons profité du départ de l’Hawaiki pour décider du jour de notre demi-journée en bateau. C’est donc un matin à 7.00 que nous sommes partis du lodge pour aller assister au départ de la course. L’Hawaiki est une course de pirogue en étape. C’est un peu le tour de France en Polynésie. La première étape relie Huahine à Raiatea (46km), puis Raiatea à Tahaa (22km) et enfin la 3ème et dernière étape, qui est aussi la plus longue (56 km), relie Tahaa à Bora-Bora. C’est des machines les types ! A 6 sur la pirogue, ils font les 46 km de Huhaine à Raiatea en 2.5h. Le drone a filmé le départ, impossible de les suivre : une vitesse de malade !


Après le départ de la course, nous avons fait le tour du lagon : une merveille. Nous nous sommes arrêtés sur des plages isolées, fait du snorkeling dans des aquariums de poissons et sommes baignés sur les plages de certains Motu.


Voiture

Après le départ de l’Hawaiki, Huahine s’est vidée et les voitures de locations étaient à nouveau disponibles comme par enchantement. Nous avons donc pu également visiter l’île par voie terrestre. Nous avons visité une plantation de vanille où François, originaire des Marquises, nous a expliqué avec beaucoup de passion son travail. Un travail d’orfèvre ! Chaque fleur de vanille est « pollinisée » à la main afin d’avoir le fameux bâton de vanille.

Nous nous sommes ensuite baignés au jardin de corail, un peu décevant car il n’y avait pas beaucoup de poissons mais l’endroit reste paradisiaque. Nous nous sommes également arrêtés à la rivière où vivent les anguilles sacrées : des monstres de 3 m de long et larges facilement 30 à 40 cm. Ils sembleraient qu’elles soient devenues ainsi à force de les nourrir…et bien ça bouffe vu la taille des bêtes ! Malheureusement, à l’heure où nous sommes passés, le soleil se reflétaient sur l’eau et aucune photo n’arrivaient à immortaliser ces aliens ! Dommage.



Nous avons vraiment beaucoup aimé Huahine pour sa nature sauvage, sa tranquillité et toujours avec une couleur de l’eau incroyablement bleue. Nous avons pu en outre faire un peu de marche et des ballades en vélo. Le seul point négatif : les moustiques ! Alors ce n’est pas les avions de chasse du Québec, ici ils sont tout petits par contre ça pique ! Et tout le monde ce coup-ci ! Autant papa et le brésilien avaient plutôt été épargnés au Québec, autant ici il n’y a pas de survivant ! Et rien n’y fait ! Ni les bonbonnes avec 30% de DEET qu’on avait gardées du Québec, ni les sprays autochtones. Ces produits ça bouffent et rongent les bracelets et colliers, mais pour ce qui est de repousser les moustiques ça sert à rien ! Bon pour l’instant, ce n’est pas plus grave que des démangeaisons à s’arracher la peau donc on va pas non plus en faire un drame mais pour ceux qui prévoient leur voyage de noces à Huahine : prévoyez la combinaison de ski !



Côté météo, nous sommes plutôt chanceux pour ces 10 premiers jours polynésiens. Il pleut une nuit sur deux mais sincèrement on s’en fou ! Nous n’avons eu que deux matinées de pluie et quelques gouttes parfois l’après-midi mais vraiment pas de quoi gâcher le paysage…pourvu que ça dure ! Surtout que notre prochaine étape c’est LA carte postale, THE postcard, LA cartolina : Bora-Bora !


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Instagram Social Icon

Archives

VISITES

Articles à l'affiche

Articles récents