BYE BYE AMERICA


C’est donc nos derniers jours sur le continent américain après y avoir passé 3 mois et demi entre le Canada, les USA, l’Argentine, le Chili et de brèves escapades en Uruguay et au Brésil.


Mendoza

Nous arrivons en bus à Mendoza un samedi pour y passer le week-end. Nous avons réservé dans une posada à Chacras de Coria qui est un petit village presque entièrement dédié au tourisme œnologique. C’est une des (nombreuses !) étapes viticoles que papa a inséré discrètement dans l’itinéraire familial. Nous avons essayé de réserver des dégustations dans des bodegas connues comme Catena Zapata ou Cheval des Andes mais c’était complet jusqu’en novembre…On s’était donc dit qu’on verrait et déciderait sur place. Oui mais…on arrive le week-end et pas n’importe lequel ! Celui de la Fêtes des Mères ! On est à l’envers ici. C’est le printemps et qui dit printemps dit Fêtes des Mères comme en Europe.


Les bodegas sont pleines à craquer mais notre hôte se débrouille pour nous trouver une dégustation et visite au domaine Clos de Chacras et le repas du dimanche à celui de Terrazas de los Andes.


Ce dernier coûte un peu cher. 40 EUR par adultes et 15 EUR pour les enfants. C’est un menu 4 plats avec accords mets-vins pour chaque plat. Pour l’Europe c’est bon marché, pour l’Argentine c’est cher et pour notre budget c’est plus que le budget nourriture d’une journée en un seul coup. Bon faut se faire plaisir de temps en temps et c’est la Fêtes des Mères…on mangera des empanadas le soir…


Clos de Chacras / Terrazas de los Andes


La première visite et dégustation se fait donc à Clos de Chacras qui se trouve à 20 minutes à pied de notre posada. Superbe domaine, on a eu droit à une visite privée. Notre hôte ayant indiqué que nous étions suisses, ils ont prévu la visite en anglais et on était les seuls. Oh surprise, le domaine a été fondé par des Suisses ! Des tessinois pour la précision : la famille Gargantini. Les petites filles du fondateur sont encore aujourd’hui propriétaires du domaine et vivent sur les lieux. Nous terminons la visite par une dégustation de 4 vins. Julian est devenu le premier nez de Papa. Il a pris l’habitude de respirer et aérer le vin dans le verre. Un vrai Robert Parker en devenir !


Le lendemain, c’est en taxi que nous nous rendons au domaine Terrazas de los Andes. Le domaine est un peu loin, plus au sud dans le petit village de Lujan de Cuyo. C’est ici que se trouvent tous les plus grands vignobles de Mendoza. Tous ont une vue splendide sur les Andes et sur l’Aconcagua. Ce dernier est le toit de l’hémisphère sud avec ses 6960m d’altitude.


C’est non sans stupeur que nous entrons au domaine et constatons le design, le luxe et presque la privatisation du restaurant ! C’est une grande table en verre dans une salle privatisé qui est prête à nous accueillir. On est un peu mal à l’aise avec nos baskets, pantalons de rando et sacs à dos…Mais on vous rassure ça a vite passé et on s’est fait plaisir ! C’est ça aussi le voyage, être capable de s’adapter dans toute situation : à la hausse comme à la baisse. Et la plus heureuse de la situation c’est ? Je vous le donne dans le mille : Chiara notre précieuse bien entendu. Elle était comme un poisson dans l’eau !



Santiago

Nous partons de Mendoza en bus pour Santiago. Cette fois le bus est moins confortable mais il ne s’agit que de 7h…en théorie ! Parce qu’en pratique c’est plus de 9h que nous avons mis, avec un arrêt de 2.5 heures à la frontière. Tout un cirque pour passer cette frontière. Mais bon on ne va pas aller dans les détails. Sachez juste si vous passez par ici que le délai d’attente minimum c’est 2.5 heures…apparemment dans notre cas ça été rapide ! La route cependant est superbe avec devant vous toujours les Andes et l’Aconcagua. Une fois la frontière passée, la descente du col côté chilien est…comment dire…tortueuse, sinueuse, ça tourne grave ! On vous laisse apprécier les photos. Maman avait quand même tout préparé : sachets en papier pour les vomitos et granules pour le mal du transport. Faut dire qu’on avait eu quelques expériences « régurgitantes » dans les virages de nos montagnes suisses. Fort heureusement jusqu’à maintenant, rien à signaler !


L’arrivée à Santiago en pleine heure de pointe est quelque peu chaotique, on prend donc un taxi pour nous emmener à notre appartement. Une bonne heure pour un trajet de 15 minutes habituellement : ça met dans l’ambiance. Mais Santiago se révèlera plutôt plaisante. C’est une ville beaucoup plus européenne que Buenos Aires. Elle se parcoure facilement en métro, hors heures de pointe ! Nous avons fait un tour au zoo pour le plaisir des enfants mais nettement moins celui des parents. Après avoir vu les animaux dans leur élément naturel, vous avez quelques difficultés à les regarder en captivité.


C’est également à Santiago que nous avons partagé un repas avec Philippe. Ami de longues dates de papa, Philippe a également partagé les salles de classe avec maman il y a plus de 20 ans. Il a quitté Genève il y a 7 ans de cela et a d’abord travaillé à Singapour et vit actuellement à Panama avec sa femme et ses deux enfants. Philippe, on sait que tu nous lis alors on voulait encore te remercier pour cette superbe soirée en ta compagnie ! On se revoit lors d’un de tes passages à Genève.


Avant de quitter le continent américain, nous avons passé une journée à Valparaiso et Vina del Mar. C’est à 2h de bus de Santiago. Papa avait un peu mal à la tête. Oui, on ne vous a pas dit mais après le repas avec Philippe, Papa a gentiment ramené toute la famille à l’appartement et est ensuite sorti avec Philippe pour rentrer à deux heures du matin. Il n’a plus 20 ans mais a de la peine à l’admettre…



Valparaiso / Vina del Mar


« Tiens bon la vague et tiens bon le vent hissez haut, Santiano. Si Dieu veut toujours droit devant nous irons jusqu’à Valparaiso ! » Ouais alors cette chanson qu’on apprend à l’école quand on a 8 ans vous entre tellement dans la tête, qu’on en oublie que c’est de l’espagnol. Il faut donc prononcer Valparaïso (vallée paradisiaque quoi). Cet oubli a donné lieu quelques moments de solitude au moment de demander des infos sur la ville…


La ville en bord de mer est plutôt sympa. Le port n’est pas très joli mais il y a différent « paseo » où les maisons sont décorées avec des graffitis ou peintures murales aux couleurs vives qui rappellent un peu le quartier de la Boca à Buenos Aires. Nous avons tour à tour parcouru Paseo Atkinson, Paseo Gervasoni et Paseo Yougoslavo. Cela fût très agréable. Même pour les ninjas qui ont marché sans broncher pendant pratiquement 3 heures. Nous prenons ensuite un bus pour nous amener à Vina del Mar. Et là ! Oh Sacrilège ! La copie de l’horloge fleurie du bord du lac à Genève ! Comme toute copie c’est pas terrible…c’est comme ça les genevois, impossible de faire mieux que nous ! Par contre, Vina del Mar ou Genève, c’est idem les mêmes hordes de touristes assoiffés de selfie !


C’est par cette note colorée et fleurie que nous quittons le continent américain, non pas sans un pincement au cœur ! Direction l’intrigante et mystérieuse Île de Pâques.






Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Instagram Social Icon

Archives

VISITES

Articles à l'affiche

Articles récents