IGUAZU / IGUAÇU


Et voici la première des 7 merveilles du monde naturel inscrite sur notre itinéraire : Les chutes d'Iguazu ! Pour la petite histoire, nous prévoyons d'en faire deux autres : La Baie d'Halong au Vietnam et le Parc National de la rivière souterraine de Puerto Princesa aux Philippines (y aurait également le Grand Canyon et la grande barrière de corail mais c'est un ancien classement...). Mais encore une fois avant de vous décrire notre visite des chutes, revenons sur notre vol pour arriver jusqu'ici...


Buenos Aires - Iguazu

On hésite à chaque fois de raconter nos péripéties aériennes mais c'est presque devenu un rituel ! Oui, encore une fois notre vol fût des plus mouvementés. Nous scrutions la météo depuis quelques jours pour savoir quel temps il allait faire à Iguazu et bien sur samedi, jour de notre vol, était le seul jour où c'était nuageux. ça reste des nuages, c'est pas encore Irma...Et bien chers amis, ça a secoué comme il faut !! En plus, on était assis dans la dernière rangée, là où l'on sent bien les turbulences...Maman était à deux doigts d'en mettre partout sur les enfants ! Bon ce qui est bien, c'est que les ninjas commencent à vraiment avoir l'habitude et aucun d'entre eux n'a laissé échapper le moindre "J'ai peur". C'est beau l'insouciance.


Iguazu (Argentine)


Les chutes peuvent se visiter du côté brésilien et du côté argentin. Comme nous avons atterris en Argentine, nous avons commencé la visite des chutes par ce côté-ci. C'est dimanche et on craint la foule...On s'était renseigné et pour visiter la partie argentine de manière crescendo au niveau du spectacle, il était recommandé de commencer par les passerelles supérieures, puis celles inférieures et enfin d'aller à "La Garganta del Diablo" qui est le clou du spectacle !


Passerelles supérieures

Dès l'entrée, il y a beaucoup de monde. Des groupes entiers de jeunes étudiants, des cars de touristes, visites guidées, etc. On laisse passer pour éviter la foule et on s'engouffre sur les passerelles supérieures : pas grand monde ! On est étonné et surpris en bien ! Malheureusement, le soleil ne pointe pas encore le bout de son nez donc les couleurs ne sont pas encore exceptionnelles mais la vue est à couper le souffle. Une multitude de chutes (275 au compteur) s'offrent à vous au milieu de la jungle. C'est absolument merveilleux ! On se croirait dans un décor d'Indiana Jones, où pour nous, dans le décor des Mystérieuses Cités d'or ! La comparaison avec les chutes du Niagara commence à se faire. On se dit que les deux sont difficilement comparables car les unes sont en plein centre urbain et les autres en pleine nature. Mais aucune des nombreuses chutes d'Iguazu ne semble avoir la prestance de la chute principale en forme de fer à cheval de Niagara.



Passerelles inférieures


C'est sous le soleil que nous parcourons les passerelles inférieures. On est bien content car on est sensé ressortir trempes de ce parcours. D'ici bas, les chutes et leur bruit sont encore plus impressionnantes et on commence à se dire que quand même le spectacle est plus grandiose qu'à Niagara. La précieuse, elle, persiste à dire qu'elle préfère Niagara...c'est surement pour les hôtels luxueux qui entouraient les chutes...


D'ici, on voit le parcours côté brésilien. Des milliers de personnes les unes derrière les autres qui se serrent comme des fourmis sur le chemin et on commence à avoir peur pour le lendemain. Puisque de ce côté-ci, même sur les passerelles inférieures nous ne croisons pas plus de monde que ça.

Nous sommes vraiment sous les chutes mais on ne reçoit même pas une goutte ! Le vent devait être de notre côté ce jour là. La météo voulait peut être se faire pardonner pour les turbulences du jour précédent...En tout cas le spectacle donne la chair de poule.

On décide de manger avant de prendre le petit train qui amène à la Garganta del Diablo. Et là c'est le drame ! Oui parce qu'on vous a pas dit mais le site des chutes abritent de charmants petits animaux : les coatis. De petits rongeurs qui ont pris l'habitude de côtoyer les êtres humains et connaissent parfaitement leurs habitudes alimentaires. Alors ils trainent là ou il y a à manger et essaient même de vous piquer la nourriture des mains. En plus, des photos de mains attaquées par les coatis sont placardées partout dans le parc. Elles ont eu le mérite de bien foutre la trouille aux enfants. On a voulu manger dehors et ces chers petits rongeurs se sont approchés à toute vitesse, ce qui a mis les ninjas en panique totale ! On finira par manger sur le frigo des glaces dans un kiosque...



Garganta del Diablo


Dans l'après-midi, nous prenons le petit train pour aller à la Garganta del Diablo. Là aussi très bonne surprise. Le matin, il était nécessaire de prendre un ticket indiquant l'heure du départ. Là, on peut y aller directement vu qu'il n'y a plus grand monde. On monte donc immédiatement dans le train sans même attendre. Arrivés à la station de la Garganta, une première scène magnifique s'offre à nous. Des milliers de papillons volent dans un coin. C'est superbe. Sur les passerelles qui amènent à la Garganta, on croisera : un toucan, une tortue, des poissons chats gigantesques, un lézard énorme, des suisses-allemand...

Quand on arrive à la Garganta del Diablo, on ne parle plus. C'est vraiment époustouflant! La chute principale est impressionnante et une succession de chutes se suivent dans une gorge étroite. Ici on est à 100m du Brésil. C'est absolument fou et on comprend le titre de merveille du monde ! Là, la comparaison avec les chutes du Niagara ne tient plus. Même pour la précieuse ? Elle hésite mais Niagara reste ses chutes préférées. Elle a des TOC c'est sûr !



Hito Tres Fronteras

En quittant le parc des chutes, nous décidons de prendre le bus et d'aller à la ville de Puerto Iguazu. Au "Hito Tres Fronteras" plus exactement. En ce lieu, le Rio Paranà délimite la frontière entre trois pays : L'Argentine, le Brésil et le Paraguay. Sur chacune des rives se dressent des obélisques au couleurs de chaque pays. C'est plus symbolique que beau.



Iguaçu (Brésil)


Nous partons de Puerto Iguazu en Argentine pour rejoindre Foz do Iguacu au Brésil. A peine la frontière passée que Julian se met à parler brésilien : "Tudo bem para voce ?" "Uma Brahma bem geladinha por favor". Le sang dans ses veines bouillonnent, il est chez lui ! Papa se pose de plus en plus de question...


Bon, on arrive à notre Pousada qui se trouve à 500m de l'entrée des chutes côté brésilien. Comme les chambres ne sont pas prêtes (c'est 9.30 du matin...), on part directement aux chutes. Ici, une fois l'entrée du parc payée, c'est un bus qui vous emmène au début du parcours qui se trouve quelques 8km plus bas. La vue côté brésilien est moins spectaculaire que le côté argentin mais elle est différente et complémentaire. Ici, pas de différents parcours, il n'y a qu'un seul chemin. Et on a de nouveau de la chance, il n'y a pas énormément de monde. On est en tout cas pas entassé ! En deux heures, le parcours qui amène jusqu'à la Garganta del Diablo est plié. La vue de la Garganta est magnifique et ici vous vous faites tremper ! On prend ensuite un ascenseur pour la vue panoramique mais celle-ci n'ajoute absolument rien. En fait, depuis le haut la vue de la chute principale est obstruée par la falaise alors que depuis en bas on voit assez bien toute la gorge. La vue depuis le côté argentin reste bien plus spectaculaire.

On rentre à notre Pousada et là on voit une fourgonnette aménagée avec des plaques suisses AR. Appenzell Rhodes Extérieurs ! C'est des plaques qu'on a jamais vu à Genève et on en voit dans une Pousada perdue d'Iguaçu ! Non mais Appenzell quoi ! Ils ont donné le droit de vote aux femmes la semaine passée ! Plus sérieusement, il s'agissait de retraités qui ont tout vendu en Suisse pour partir découvrir le monde. Cela fait deux ans qu'ils voyagent et c'est la deuxième fois qu'ils venaient à Iguaçu. Superbes échanges et gros coup de coeur pour ces compatriotes !



Parque das Aves (Parc des oiseaux)


Le parc des oiseaux se trouvent juste en face de l'entrée des chutes côtés brésilien. Comme notre Pousada se trouve à 5 minutes à pied, on décide de visiter le parc le jour d'après plutôt que d'enchaîner chutes et parc. ça permet d'avoir un rythme plus tranquille, parce que l'air de rien côté argentin on a marché facilement 6 km et 3km côté brésilien.

Le parc des oiseaux a plutôt bonne réputation. Les animaux que l'on peut contempler proviennent à 50% de traffic d'animaux démantelés et qui sont rééduqués à une vie en semi-liberté. On a pu ainsi voir des flamands roses, des vautours, aigles, chouettes, etc. Le clou du spectacle auront été les toucans. Ces oiseaux sont splendides avec leurs becs aux couleurs vives. On a pu faire les "gros" touristes en faisant des selfies avec les toucans...


Nous y avons passé deux bonnes heures pour le plus grand plaisir des enfants. Cela reste cependant une sensation bizarre de voir certaines de ces oiseaux dans des enclos lorsqu'autour de vous la nature est des plus sauvage.



Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Instagram Social Icon

Archives

VISITES

Articles à l'affiche

Articles récents