From California to Utah



Nous avons donc quitté la ville de San Diego, et avec elle la civilisation, pour nous plonger dans l’Amérique profonde. A vrai dire, même si San Diego nous a beaucoup plus, nous étions contents de sortir du chaos des grandes villes.


Joshua Tree

C’est donc en direction de Joshua Tree que nous nous dirigeons. Parc national dédié au groupe irlandais U2…mais noooo ! Effectivement, Joshua Tree est le nom d’un des albums emblématiques de U2. La photo de couverture est prise dans le parc. On retrouve sur cet album des chansons cultes telles que : "With or without you" ou "I still haven’t found what I’m looking for". En 2017, le groupe a sorti une version remasterisée pour les 30 ans de l’album.


Le parc se trouve dans le désert de Mojave qui emprunte son nom au peuple amérindien des Mohaves. Le parc est superbe. On a droit à des pleines remplies d’arbres de Josué (Joshua Tree..) et cactus. Les enfilades d’arbres sont impressionnantes. On croirait qu’ils ont été plantés par l’homme tellement leur alignement semble parfait. On y contemple également de magnifiques formations rocheuses.


Il faisait presque 100 degrés Fahrenheit (37.1 degré Celsius). Après une marche de 1.6 km sur le coup de 10.30, nous décidons d’aller à notre hôtel et de faire la seconde ballade le matin suivant où il devait faire moins chaud. Raté ! C’est sous la même chaleur que nous faisons la deuxième marche le lendemain. Le blond se décomposait et maman a de nouveau dû le porter sur le dos.


Route 66

Au départ de Joshua Tree, nous empruntons la route 62 jusqu’à Kingman. Rien, absolument rien pendant 250 kilomètres ! Le désert…et c’est impressionnant. Là on a atteint les 112 degrés Fahrenheit (44 degré Celsius) et on se dit qu’on a pas envie de tomber en panne ici. Même si sur toute la portion de route on avait plein réseau. On pouvait voir des antennes-relais tous les 30-40 km. On a même fait un FaceTime avec les grands-parents pour leur montrer…RIEN !

De Kingman à Seligman, nous empruntons la route 66. Route historique qui est considérée comme la « Mother Road » . Elle a été très empruntée depuis la démocratisation de l’automobile et en particulier dans les années 50/60 lorsque les autoroutes étaient encore rares. Elle relie Chicago à Los Angeles, Santa Monica plus précisément. Depuis 1984, on peut relier Chicago à Los Angeles sans quitter les « highway ». Aujourd’hui, elle n’est plus empruntée que par Johnny Hallyday et ses amis. C’est surtout, les villes de Kingman et Seligman qui vivent de l’histoire de la Route 66. Seligman en particulier est restée comme à l’époque. Voitures, station-essence, barber shop, tout est resté paralysé dans les Sixties. La ville de Seligman a d’ailleurs servi de modèle aux créateurs Disney pour le décor du premier Cars. On a eu le malheur d’annoncer aux garçons qu’ils allaient voir Flash MacQueen…quelle erreur ! Pas de Flash MacQueen ici, mais uniquement les vieilles bagnoles en piteux états du dessins animés. Ça leur a plu quand même. Ceux qui ont des garçons fan de Cars comprendront : Martin a beaucoup de succès…


Grand Canyon

Nous quittons Seligman pour nous diriger vers le Grand Canyon. Nous passerons la nuit dans le parc. Nous n’avions pas beaucoup d’attente sur le Grand Canyon. On s’attendait à ce qu’il y ait beaucoup de monde…trop de monde. On avait vu beaucoup de photos.


A peine garé, on s’approche et on est SUR LE CUL ! Désolé mais parfois il est nécessaire d’utiliser certaine expression ! L’immensité du lieu, les couleurs, les falaises, la hauteur… « Les garçons vous allez où ? Ici tout de suite à côté de papa et maman !! ». Impossible de résister, on décharge même pas la voiture et c’est 3000 photos qui sont réalisées. Papa entend l’appel du drone le supplier de le lancer au-dessus de ce superbe paysage. Ah on vous a pas dit ? Interdiction stricte de faire voler les drones dans tous les parcs nationaux aux USA sous peine de payer une amende de 180 $, voir se faire confisquer le drone. Heu-reux Massimo.


Nous prenons le bus gratuit qui fait le tour des points de vue les plus spectaculaires et c’est à Powell Point que nous assistons au coucher de soleil. Ou plutôt, Papa assiste au coucher de soleil. Maman, elle, doit veiller à ce que nos chers bambins ne finissent pas le voyage au fond du canyon.


Le lendemain matin, c’est baptême de l’air en hélicoptère pour toute la famille. Sur les différents endroits de notre itinéraire où nous pouvions faire un survol en hélico, notre choix est tombé sur le Grand Canyon ! Pourquoi ne pas faire de vol à d’autres endroits ? Vous offrez ?


Notre crainte était bien sûr que notre suédois fasse une crise de panique et qu’il faille le laisser à terre avec Ada. Oui, Ada, Mattia et Luca n’ont pas fait le vol en hélico. Les 3 ont décrété que le seul qui pouvait risquer sa vie sans que la famille soit trop affectée c’est Pat !


Le blond n’a pas bronché, il était impressionné et a adoré mettre le casque et pouvoir parler, ou plutôt crier, dans le micro. Bon faut aussi dire que l’entrainement de Marine’s que Papa lui a administré avant le départ devait forcément porter ses fruits !


Au-dessus du grand Canyon : pas un mot. Tout le monde contemple bouche bée. C’est formidable, exceptionnel, émouvant. On peut y mettre tous les qualificatifs qu’on veut, ça sera toujours insuffisant pour décrire ce que l’on a ressenti ! Même les photos ne rendent pas la réalité des yeux. Si en plus le pilote vous met la chanson de Superman à fond dans le casque, y a plus de mots.



Monument Valley

Après ces émotions de hautes voltiges, nous quittons le Grand Canyon pour Monument Valley où nous passerons la nuit. Monument Valley c’est le décor de Lucky Luke. Encore un lieu mythique. On les enchaîne sur cette portion de parcours. Le site fait partie de la réserve Navajos et propose des formations rocheuses d’un rouge vif qui en ont fait sa renommée. On a l’impression que John Wayne va sortir de derrière une paroi rocheuse ! Notre chambre d’hôtel offre une vue exceptionnelle sur le site. C’est la raison pour laquelle nous l’avons réservé une année à l’avance. C’est donc depuis notre chambre que nous profitons du superbe coucher de soleil et que nous programmons le réveil à 5.45 le lendemain pour le lever du soleil. A la question de savoir si les enfants veulent être réveillés à 5.45, ils répondent en cœur : NON ! Dommage mais à la limite tant mieux parce qu’un lever de soleil ça s’admire en silence… et c’est pas en 1 mois de voyage que le blond, le brésilien et la précieuse ont appris à appliquer la définition du silence. Le réveil sonne donc à 5.45…et là : les nuages ! Grosse, grosse déception. Les couleurs qu’on entrevoient laissent supposer du sublime lever de soleil que nous ratons. C’est la première déception depuis le début notre aventure. Y en aura surement d’autres, mais la première on tenait à la souligner. Nous effectuons ensuite le Monument Valley Loop qui permet de contempler de plus près les formations rocheuses.


Pour l’instant, aussi bien parents qu’enfants sont totalement séduits par les USA !


Prochaine étape Horseshoe Bend, Lake Powell, Antelope Canyon (peut-être), Bryce Canyon. Horseshoe Bend est le cauchemar de Maman. Elle en dort pas la nuit.



Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Instagram Social Icon

Archives

VISITES

Articles à l'affiche

Articles récents