SHANGHAÏ SURPRISE


Nous prenons le ferry à 9.30 au départ de Macao pour le port de Shekou en Chine continentale. La traversée dure une heure. Nous arrivons au poste de douane et il n’y a personne ! On était les seuls étrangers dans le ferry. Choix de poste frontière judicieux ! Tout est propre, neuf. Avant de passer la douane, on nous demande de prendre nous même les empreintes digitales sur une machine automatique. La machine ne reconnaitra pas nos passeports suisses. Doit pas y en avoir beaucoup de passeports à croix blanche qui soient passés par ici. Une personne charmante s’occupe de nous et nous indique d’aller directement au guichet de douane. Elle indique aux douaniers que la machine à empreintes n’a pas fonctionné. Au passage, les Group Visa n’ont pas besoin de remplir l’ « Arrival card ». Encore une corvée de moins avec ce visa. On arrive au guichet, on donne notre visa papier. L’agent ne semble pas savoir ce que c’est. Elle appelle un collègue et là c’est tous les agents de douane présents qui viennent à notre guichet ! On comprend assez rapidement que c’est tout bon mais c’est peut-être la première fois qu’ils voient un Group Visa. Alors ils en profitent pour faire une leçon en « live ». Tous les passeports sont passés au peigne fin. Tout le monde prend les empreintes sauf Mattias. On reste un petit moment au guichet. On imagine volontiers toutes ces procédures à tous les étrangers à un poste frontière bondé, ça aurait pris une plombe ! On est donc passé ! Ce visa est bien valide ! Première bonne surprise donc…et ça sera pas la dernière.


Shenzen North Station


Nous devons aller à la gare de Shenzhen pour récupérer les billets que nous avions réservé sur internet. Pour y aller, on décide de prendre un taxi. Faut y aller en douceur. On a les sacs, on choisit la facilité. Sur la route pour la gare, nous aurons droit à un festival de Tesla modèle X, Ferrari, Porsche. Ça respire le dollar, ou plutôt le Yuan ! Les routes sont ornées de palmiers, on se croirait à Dubaï. La comparaison avec la ville des Emirats reviendra assez souvent pour ces premiers pas en Chine. La gare de Shenzhen North est flambant neuve. Il y a donc beaucoup d’inscription en anglais. Mais pas au guichet des billets. On ne sait donc pas où aller récupérer nos billets. On voit un guichet où il n’y a personne, allez hop, papa y va. Il montre le numéro de récupération des billets, les passeports et on obtient nos billets. Facile !


Pour entrer dans la gare, il faut passer des portiques de sécurité. A peine entrés on a droit à MacDo, KFC, Burger King. On est loin de la Chine profonde, des pattes de canard, du chien ou du serpent. Notre train part le soir. On aurait aimé laisser nos bagages à la consigne mais apparemment il n’y en a pas donc on décide d’attendre ici. Et ici, on attend pas sur les quais. Non, c’est comme à l’aéroport. Les portes ouvrent 20 minutes avant et il y a une vérification des billets. Aucune bousculade, personne nous passe devant.



Train de nuit


Notre train est un train rapide de nuit. Nous avons réservé une couchette 4 places. Le voyage durera 11 heures. On trouve facilement notre couchette. Ce qui n’est pas le cas des chinois ! Par deux fois on a des voyageurs qui ont voulu entrer dans notre cabine et à qui on a dû expliquer où était la leur ! C’est le monde à l’envers. La couchette est splendide. Des vrais coussins, des vrais couettes, 4 cartons de petit-déjeuner. Dans ces derniers « presque » tout était mangeable ! La nuit se passe à merveille.



Shanghai


Nous arrivons à Shanghai à 7.00 du mat. Et on décide de prendre le métro pour aller à notre hôtel. Après quelques balbutiements pour trouver la bouche de métro, on descend et assez vite on comprend que c’est l’heure de pointe…compliqué avec tout ce monde et nos sacs de voyage ! La queue est longue pour faire les billets et on est pas sûr de se faire comprendre au guichet. On est à deux doigts d’abandonner et de prendre un taxi quand papa voit des machines à billets. Il s’approche et il y a une version anglaise. On prend 3 tickets. On décide, comme ça, que Mattias et Julian ne paient pas. C’est drôle mais on apprendra par la suite que c’est juste ! C’est un enfant de moins de 1m30 gratuit par adulte. Le nom des stations est indiqué en anglais donc aucun problème pour nous repérer. Le premier métro qui arrive est plein à craquer. On passe notre tour. Le deuxième est également plein mais on va pas attendre 1h que les métros se vident donc on pousse, on charge avec nos sacs et on entre. On arrive à notre hôtel sans encombre.


Il est 9.00 du matin et la personne à la réception nous donne tout de suite la chambre sans supplément à payer parce que nous sommes avec des enfants. Sympa ! Voyagez avec des enfants on vous dit !


On part pour notre première balade urbaine.


Nanjing Road


Nous ne sommes pas loin de Nanjing Road. La rue piétonne de Shanghaï. Nous décidons donc d’aller nous y promener dans le sens ouest en direction de la place du peuple où il y a un parc. Assez vite on est sous le charme de la ville. Paisible, pas trop de monde, silencieuse…on est en Chine ou quoi ? Niveau sonore, le Vietnam à côté c’est le Macumba à ses heures de gloire ! On est impressionné, personne ne klaxonne ! Soit c’est nous qui sommes restés trop longtemps au Vietnam, soit les gens risquent la prison s’ils klaxonnent ! En plus de ça, tous les scooters sont électriques! Imaginez un peu ce silence!


Par contre, c’est assez bizarre d’être presque les seuls occidentaux. On croise un « blanc » une fois toutes les demies-heure. Et quand ça arrive, on a ce réflexe bizarre de vouloir dire « Hello » !


On arrive au parc qui est assez sympa, sans plus. On y verra des dames chinoises répétant une danse traditionnelle avec les éventails. Après le lunch, on décide de filer à la concession française.



Cité Bourgogne


C’est toujours en métro que nous nous déplaçons. Le réseau est très performant et vous emmène partout. C’est plutôt facile de s’y retrouver et quand on hésite il y a toujours un chinois prêt à nous aider. Nous nous baladons dans la concession française. C’est un territoire qui a été sous administration française de 1849 à 1946. On vous renvoie à Wikipédia pour le cours d’histoire détaillé. On s’arrêtera manger des pains aux chocolats et des croissants. Nous passerons ensuite dans « Cité Bourgogne ». Un ancien quartier français qui abritait septante famille à l’époque et qui en compte 500 aujourd’hui. Ceci sans avoir changer l’architecture des bâtiments…



Promenade du Bund