Péninsule Valdes


Nous avons pris l’avion de San Salvador de Jujuy jusqu’à Trelew avec escale de 1h30 à Cordoba. A Trelew, nous louons une voiture direction la Péninsule Valdes et le petit village de Puerto Piramides que nous avons préféré à Puerto Madryn, trop touristique et pas du tout typique. Nous sommes ici dans l’espoir de voir les baleines franches australes qui viennent se reproduirent durant la période allant de juillet à octobre. On est censé être en plein dedans. Après la désillusion de Tadoussac, un deuxième échec serait cruel !


Puerto Piramides


Après deux heures de route depuis Trelew, nous arrivons à Puerto Piramides. Le village se trouve dans la réserve naturelle de la Péninsule Valdes. L’entrée de la réserve est payante et sur la route pour le village nous croisons déjà des moutons, des guanacos (espèce de petits lamas), des martineta (espèce d’oiseaux qui ne volent que pour un bref vol qu’en cas d’urgence). Il faut faire attention en roulant, les accidents ne sont pas rares. Nous prenons possession de notre appartement avec vue sur l’océan vers 17.00. Et c’est immédiatement un émerveillement pour nos yeux. Des baleines par dizaines sautant dans la baie au loin ! On prend les jumelles pour mieux les voir et on en a la chair de poule. On va faire un tour sur la plage mais le vent était si fort qu’il emportait presque les enfants ! On trouve un resto et quelle émotion de manger en regardant ce spectacle de cétacés. On en profite pour aller réserver notre excursion en zodiac pour le lendemain à 15.30. Les ninjas sont en effervescence et pour une fois ils sont d’accord d’aller se coucher plus tôt pour que le lendemain arrive vite…



Péninsule Valdes


Comme le lendemain nous avons l’excursion à 15.30, nous profitons du matin pour aller à Caleta Valdes où l’on doit pouvoir admirer, dans leur espace naturel, des pingouins de Magellan, des éléphants de mer et des orques.


La route pour y arriver par contre est terrible ! De la piste rocailleuse sur plus de 70 kilomètres. Il faut facile 1h30 pour y arriver. Notre voiture, une vieille Chevrolet, prend la poussière de toute part.


On arrive sur place et effectivement c’est rempli de pingouins. On est à 20 cm d’eux. On fait les selfies de circonstances avec les pingouins…c’est trop dur de résister ! Les enfants sont admiratifs mais ici le vent est très fort alors on ne reste pas trop longtemps et on part vers le point de vue des éléphants de mer qui est distant 1km. En revanche pas d’orques pour nous. D’autres personnes nous on dit en avoir vu, donc la scoumoune continue avec les cétacés et on croise les doigts pour l’après-midi.


Là aussi, une colonie d’éléphants de mer affaissés sur la plage se dressent devant nos yeux. Certains nagent. C’est assez laid un éléphant de mer avec sa mini-trompe qui lui défigure le visage. En novembre, il est possible de voir les orques venir les attaquer jusque sur la plage.


Excursion aux baleines


Nous retournons à Puerto Piramides pour notre excursion aux baleines.


On a sorti tout l’attirail contre le froid même s’il fait assez chaud. On se souvient de Tadoussac où il faisait 20 degrés à terre mais il devait en faire 5 sur le Saint-Laurent. Ici, rien à voir ! D’ailleurs, la société d’excursion ne nous donne aucun habit à différence de Tadoussac où on était fourni contre le froid de la tête au pied. Ici, il y a juste un gilet de sauvetage à enfiler et c’est parti. Effectivement, dès les premières accélérations du bateau on sent que ça n’a rien à voir avec Tadoussac. La température sur l’eau est clémente, pas de vent et grand soleil : idéal !


Il suffit de 5 minutes de navigation et tout de suite on tombe sur une baleine franche femelle et son baleineau tout blanc ! C’est très émouvant mais c’est surtout énorme ! Le brésilien, d’ailleurs, est très impressionné ! Dans son pays c’est samba, foot et petits singes. Du coup, il a peur car convaincu qu’elles vont sauter et exploser le bateau.


La scène de la maman et de son petit aura émerveillé tous les autres membres de la famille, même la précieuse et ceci malgré les bosses qui, on cite, « sont moches ».


Nous naviguons quelque peu au large et là nous tombons sur un GBB ! C’est quoi un GBB ? C’est un gangbang de baleines ! Et oui, il faut appeler les choses par leur nom ! Parce que quand vous avez 7 mâles sur une femelle ça s’appelle un gangbang même chez les cétacés !


« Maman, Papa elles font quoi toutes ces baleines ? » « Elles jouent à la bataille mes chéris » ! Evidemment !


C’est impressionnant, vous avez une femelle et des mâles qui arrivent de toute part en fanfare faisant du bruit avec leur narines. On voit tout, même l’appareil de reproduction des mâles…on était trop près pour l’avoir en entier sur une seule photo ! Même en panoramique ça rentrait pas. On va s’arrêter là pour les détails, on va encore être censurés par WIX.


Le capitaine décide d’aller naviguer au large et on tombe sur un banc de dauphins pour le plus grand plaisir de petites et grands. Il y en a des centaines et à peine le bateau démarre que les dauphins suivent le bateau. Ils sont complètement survoltés, ça nous rappelle nos ninjas !


Les dauphins ont beau être survoltés naturellement, on en a choppé un qui avait dû prendre des stupéfiants. Il a fait des sauts pendant 1 minutes sans s’arrêter. Oui, il y a du trafic de drogue chez les dauphins. C’est filmé, on mettra la vidéo sur le site !


Punta Tombo


Le lendemain nous partons pour Puerto Madryn où nous passerons une nuit étape avant d’aller à Punta Tombo. A cet endroit, il y a une des plus grandes colonies de pingouins de Magellan au monde. Avant ça, sur le chemin, nous nous arrêtons aux différents points de vue de la Péninsule Valdes pour observer les baleines et c’est encore une fois un spectacle exceptionnel ! Nous pique-niquons devant une dizaine de baleines qui font des sauts immenses ! Papa est très frustré de ne pas pouvoir envoyer le drone pour filmer les cétacés depuis le haut. En effet, le vent est tellement fort que certainement que nous n’aurions jamais revu le drone. Il n’y aura donc pas d’image « dronesque » des baleines.


Nous arrivons à Punta Tombo vers 13.00, non pas sans avoir parcouru 25 kilomètres de piste rocailleuse encore une fois ! Si pour nous il y avait déjà beaucoup de pingouins sur la Péninsule Valdes (il devait en y avoir peut-être 500), à Punta Tombo c’est la planète des pingouins ! On parle de 420'000 pingouins sur un espace de 5km2 ! Il y en a partout : sur la plage, sur les collines, sur le passage piétonnier, sous les passerelles. Il y a d’ailleurs un panneau de cédez le passage. A qui ? Et bien aux pingouins qui traversent le chemin piétonnier ! Les ninjas étaient aux anges de voir tous ces petits pingouins. Ils ont improvisé : imitation des pingouins, danse des pingouins, chanson des pingouins. Il n’a manqué que l’ode aux pingouins !



Voilà maintenant c’est départ pour Ushuaïa où Nicolas Hulot nous attend pour nous faire découvrir « La fin del Mundo » ou « el principio», ça dépend des points de vue...


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Instagram Social Icon

Archives

VISITES

Articles à l'affiche

Articles récents